La nutrition et les allergènes : nouveaux défis pour les métiers de bouche

Enjeu de santé publique

Avec une montée en puissance des problématiques de santé publique en partie liées à l’alimentation (allergies, diabètes, maladies cardiovasculaires…), les attentes des consommateurs en matière d’information sur la composition des produits (valeur nutritionnelle, présence d’allergènes, …) sont de plus en plus affirmées et revendiquées.

Bien que la notion de plaisir reste forte, le lien entre Alimentation et Santé est de plus en présent à l’esprit des consommateurs, et le critère « sain » fait désormais partie des déterminants de choix de consommation, même pour les produits dits « plaisir ».

Les principales dispositions du décret du 2 juillet 2015, sont les suivantes :

  • − 65% des Français considèrent l’obésité comme un problème de santé publique et 76% pensent que cette pathologie s’explique par une « alimentation « trop grasse et trop sucrée »,
  • En 2012, 32,3% des Français adultes de 18 ans et plus sont en surpoids et 15% présentent une obésité (ObEpi 2012),
  • 20 millions de personnes concernées par des maladies cardiovasculaires et 180 000 décès par an,
  • En 2009, on estimait à 3,5 millions le nombre de personnes atteintes par du diabète (doublement du nombre de diabétiques d’ici à 2020),
  • La prévalence des allergies est en constante augmentation depuis 20 ans (x2), avec plus de 3% de la population générale affecté et 6 à 8% des enfants de moins de 3 ans touchés.

Pour faire face à ces chiffres alarmants, les politiques publiques mettent en oeuvre des plans d’actions d’envergure, en s’appuyant sur plusieurs piliers tels que :

  • Une sensibilisation / information des consommateurs à l’équilibre alimentaire, – Une règlementation harmonisée sur l’étiquetage des produits,
  • Un encouragement des démarches volontaires des professionnels pour proposer des produits plus sains.

Enjeu règlementaire

Cette préoccupation Santé/Alimentation est partagée par l’ensemble des pays européens qui ont récemment voté un texte dont l’objectif est de permettre une meilleure information des consommateurs sur les produits qu’ils achètent, notamment sur le volet nutritionnel (règlement UE n°1169/2011 dit « Règlement INCO »). Ce règlement vise à aider les consommateurs à faire des choix éclairés sur les produits qu’ils consomment, en fonction de leurs besoins.

Si ce règlement représente une avancée pour les intérêts des consommateurs, il implique pour les petites entreprises des changements importants avec notamment deux évolutions majeures :

  • La déclaration des allergènes renforcée pour tous les types de denrées, et notamment l’exigence d’une information écrite pour les produits non préemballés,
  • La déclaration nutritionnelle devient obligatoire pour les produits préemballés.

Ces évolutions sont difficilement applicables pour les petites structures qui ne bénéficient pas, pour la plupart d’entre elles, de ressources (humaine et financière) nécessaires pour y faire face.

Pour répondre à ces nouvelles préoccupations, la confédération a travaillé sur un projet commun avec 5 organisations professionnelles pour mettre à disposition des entreprises artisanales qu’elles représentent, un outil de formation adapté pour les accompagner dans cette montée en compétences : ENA : La première plateforme de formation en ligne sur la Nutrition et les Allergènes à destination des métiers de bouche

En savoir plus sur la plateforme E-learning Nutrition et Allergènes